L’homme est discret et néanmoins totalement déterminé. Le cofondateur des Archives gaies du Québec a su relever un défi de taille : celui de conserver et de mettre en valeur la mémoire de nos communautés.

Dès son arrivée à Montréal en 1975, Ross Higgins s’intéresse à l’histoire des minorités sexuelles de Montréal tout en s’engageant activement dans les mouvements LGBT de cette époque. Il travaillera au sein du collectif de la librairie l’Androgyne de 1976 à 1979, et commence à rassembler tous les documents concernant l’histoire des gais et des lesbiennes au Québec. Intellectuel, Ross Higgins collaborera à de nombreuses publications anglophones et francophones, dont le mensuel gai montréalais Sortie.
Son intérêt et son implication dans la communauté LGBT le conduiront à écrire une thèse de doctorat en anthropologie sur le sens de l’appartenance des gais à une communauté à travers les espaces de socialisation que sont les bars et les discothèques de Montréal.

En 1983, devant l’ampleur de la documentation qu’il a accumulé dans son appartement, il décide avec Jacques Prince de créer les Archives gaies du Québec, pour ne pas que notre histoire disparaisse. Dans les premières années les Archives gaies sont situées dans l’appartement de Ross Higgins. L’espace devenu trop petit, les Archives gaies déménagent dans leur premier local sur la rue Saint-Laurent. Pour leur trentième anniversaire, toujours à la recherche d’espace plus grand pour la conservation des documents et pour une meilleure accessibilité à leur consultation, les Archives gaies s’installent au 1000 de la rue Amherst.

Infatigable dans la conservation d’un patrimoine n’ayant à l’époque que peu de valeur pour les institutions officielles, Ross Higgins, entouré de l’équipe des Archives, met sur pied de nombreuses expositions retraçant des pans de vie des gais et des lesbiennes à Montréal. Il donne aussi de nombreuses conférences sur des thématiques historiques.

Docteur en anthropologie, Ross Higgins est professeur au Département d’anthropologie et de sociologie et conférencier invité en études interdisciplinaires de la sexualité à l’Université du Québec à Montréal (UQÀM) et à l’université McGill. Ses recherches portent notamment sur la culture gaie au Québec, et sur le rôle des communautés LGBT dans la lutte contre le sida. Parmi ses ouvrages, on retiendra De la clandestinité à l’affirmation – Pour une histoire de la communauté gaie montréalaise (Comeau et Nadeau, 1999).

Ross Higgins est un pionner qui a su comprendre l’importance de préserver notre histoire et la nécessité d’en conserver toutes ses traces sous toutes ses formes qu’elles soient imprimées, sonores, visuelles, ou même vestimentaires. Grâce à lui et aux Archives gaies du Québec, Ross Higgins a ouvert la voie aux études gais et lesbiennes d’ici.