La coprésidence


Jessie Bordeleau

Jessie Bordeleau siège sur le conseil d’administration du Réseau des lesbiennes du Québec (RLQ) depuis 2013. Elle entame aujourd’hui la 2e année de son mandat en tant que présidente. Déterminée à se mettre au service de la communauté lesbienne du Québec, elle s’est fixée comme objectif de mettre tout en place pour que la mission du RLQ soit respectée, renforcée et que la visibilité sociale et politique des lesbiennes de partout au Québec soit en constante croissance. Diplômée des HEC en marketing et développement durable, elle met ses compétences à profit en s’impliquant depuis plusieurs années avec divers organismes LGBT. Que ce soit l’organisation d’événements pour les femmes ou pour la santé des hommes gais et bisexuels, c’est avec une motivation sentie qu’elle appuie une panoplie d’organismes LGBT.

 

Robert Asselin

Impliqué bénévolement depuis près de 22 ans à Gai Écoute, Robert Asselin a d’abord agi à titre d’écoutant. En 2013, il succède à Laurent McCutcheon dans le rôle de président de l’organisme. Très engagé auprès des communautés LGBT, Robert a débuté son implication à Jeunesse Lambda. Parallèlement à son engagement à Gai Écoute, Robert s’implique auprès du GRIS-Montréal où il agit comme intervenant en milieu scolaire. Robert est récipiendaire de deux prix Reconnaissance de Gai Écoute (1999 et 2010). Il a obtenu le prix Hommage et Reconnaissance 2006 du GRIS-Montréal. En 2012, il reçoit également le prix Bénévole par excellence du Gala Arc-en-Ciel du Conseil québécois LGBT. Au cours de la même année, il reçoit la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale du Québec.

 

Le secrétaire


Roger Noël

Roger Noël assume la coordination du Bureau de lutte contre l’homophobie au ministère de la Justice du Québec depuis sa création en septembre 2011. Auparavant, il était conseiller expert au ministère de l’Immigration et des Communautés culturelles dans les domaines des relations interculturelles et de la lutte contre l’homophobie. Durant ses études en sciences politiques, Roger Noël a œuvré au sein de plusieurs organismes LGBT dont l’Association des lesbiennes et gais de l’UQÀM, Jeunesse Lambda et les Archives gaies du Québec. Véritable passionné de l’histoire du mouvement gai, il a co-organisé, pendant les années 1990 plusieurs colloques et conférences à l’UQAM sur ce sujet et a contribué à la création de trois cours sur l’homosexualité. En 1996, il s’est joint à l’équipe de la Cohorte Oméga à titre d’agent de recherche avant d’entreprendre, en 2000, une carrière au sein de la fonction publique québécoise. De 2002 à 2004, il a été président d’Action Séro-Zéro (RÉZO) et, de 2008 à 2011, secrétaire du Club de curling Les Fous du Roi.

 

Les membres


Marie-Ève Couture

Marie-Ève Couture est directrice générale de l’ATQ (Aide aux trans du Québec) depuis mai 2015. Son intérêt marqué pour l’acceptation et les services aux personnes LGBT remonte au cégep lorsqu’elle s’est impliquée avec deux autres personnes à mettre en place une association pour ces personnes. Tout au long de son parcours, la seule préoccupation qu’elle a en tête est de faire reconnaître l’Être humain pour ce qu’il est dans toute sa grandeur peu importe ce que certains nomment comme étant des différences.
Elle a contribué à enlever beaucoup de barrières dans la région Chaudière-Appalaches alors qu’elle était à l’emploi du GRIS Chaudière-Appalaches. Sensible aux réalités que vivent bien des personnes trans* dans cette région, elle a vu l’opportunité de travail à l’ATQ comme l’occasion idéale d’offrir des services à ces personnes qui méritent d’être reconnues pour leur apport à la société.

 

Dominique Dubuc

Dominique Dubuc est militante LGBTI depuis plus de 15 ans. Son militantisme enthousiaste l’amène à siéger à de multiples comités et organismes dont le but est d’améliorer le vécu des personnes des minorités sexuelles. En Estrie, elle est membre fondatrice du Comité LGBT et alliés du SPECS-CSN ainsi que du Regroupement estrien pour la diversité sexuelle.
Au niveau national, elle est membre du Comité confédéral de la CSN et, à ce titre, elle siège au Collectif de travail LGBT, à la Table nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie des réseaux de l’éducation ainsi qu’au Comité trans du CQ-LGBT. Cet été, elle a été récipiendaire du Mérite estrien. Elle a été présidente du CA du CQ-LGBT et a siégé au conseil d’administration de EGALE-Canada. Elle siège maintenant à l’exécutif de ILGA-North America (International lesbian, gay, bisexual, trans and intersex association). ILGA est une fédération d’organismes LGBTI ayant un statut consultatif aux Nations unies.

 

Dominique Gauvreau

Dominique Gauvreau a travaillé plus de trente ans dans le réseau de la santé, tant public que privé, comme intervenant et animateur auprès des ainés, des personnes atteintes de déficits cognitifs ou de troubles de santé mentale. Entre 2004 et 2013, il a aussi été animateur bénévole de groupes de spiritualité LGBT dans l’Église unie du Canada à Montréal et à Québec.
À l’automne de 2011, il s’implique comme bénévole auprès de Jeunes Adultes Gai-e-s de Saint-Hyacinthe. Il débute comme intervenant et coordonnateur en 2012, puis devient en 2014, directeur général de l’organisme après avoir complété sa formation en gestion à l’Université de Sherbrooke. Sous sa direction, le JAG a ouvert deux points de service (Chambly et Sorel-Tracy) et intervient maintenant dans six MRC de la Montérégie-Est.

 

Pierre McCann

Titulaire d’un baccalauréat en études politiques appliquées de l’Université de Sherbrooke, Pierre McCann oeuvre dans le milieu politique avant d’occuper les fonctions d’agent de développement et de chargé de communications dans le secteur du développement régional.
Avec des personnes engagées et des organismes de la communauté estrienne, il s’implique dès 2010 pour la mise sur pied du Regroupement estrien pour la diversité sexuelle. Les démarches des membres de cette table de concertation mèneront à la création du GRIS Estrie en juin 2014. En janvier 2015, Pierre devient le premier directeur général de l’organisme, où il est également intervenant. Depuis le début de l’année, ce sont plus de 2 300 jeunes que l’organisme a rejoints afin de démystifier l’homosexualité et la bisexualité. En plus de son travail au GRIS, Pierre étudie à temps partiel à la maîtrise en travail social à l’Université de Sherbrooke et s’intéresse aux enjeux entourant les personnes de minorités sexuelles. Il est également pigiste au journal La Nouvelle de Sherbrooke.