MONTRÉAL, LE 19 JUIN 2017 – En ce mois de célébrations de la Fierté et de mobilisation des luttes pour les droits des personnes LGBT, le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) accueille avec soulagement l’adoption du projet de loi C-16, qui inscrit l’identité de genre et l’expression de genre comme motifs de discrimination interdits au Code Criminel et dans la Loi canadienne sur les droits de la personne. En effet, cette loi permet de protéger juridiquement de la discrimination et des crimes haineux toutes les personnes voulant vivre leur identité et leur expression de genre afin d’être elles-mêmes en tout liberté.

Ainsi, le CQ-LGBT se réjouit de cette avancée juridique mais rappelle que le travail se poursuit. «Il ne faut pas oublier que si les personnes sont maintenant protégées légalement, elles ne le sont pas nécessairement socialement» souligne à juste titre Marie-Pier Boisvert, directrice générale du Conseil québécois LGBT. Malheureusement, la discrimination transphobe continue d’être trop présente au sein des diverses sphères de la société. Le CQ-LGBT espère tout de même que cette loi envoie un message clair à la société en condamnant la discrimination et la propagande haineuse basée sur l’identité et l’expression de genre.

Dans le même ordre d’idées, Madame Boisvert rappelle que « ce n’est pas parce que la loi change que les mentalités et les pratiques suivent: l’identité et l’expression de genre ont été ajouté à la Charte québécoise des droits et libertés comme motifs interdits de discrimination, mais il n’y a toujours aucune action prévue pour mettre en place un corridor de services dans les établissements de santé et de services sociaux afin d’assurer l’accès aux soins pour les personnes trans, malgré nos demandes en ce sens.»

L’adoption du projet de loi C-16 est toutefois la confirmation d’un gouvernement ayant la volonté d’assurer une égalité pour toutes et tous et qui s’en donne les moyens sur le plan juridique. Mais il reste encore de grands chantiers à entreprendre pour s’assurer que celle-ci soit présente dans toutes les sphères du gouvernement – et de la société.