Montréal, le 17 mai 2016 – À l’occasion de la journée internationale de lutte à l’homophobie et à la transphobie, le Conseil québécois LGBT salue le dépôt du projet de loi visant à ajouter l’identité de genre et l’expression de genre aux motifs de non-discrimination de la Loi canadienne sur les droits de la personne. Cette annonce du gouvernement libéral du Canada permettra d’offrir dorénavant une protection juridique aux personnes trans, non-binaires et intersexes à travers le Canada.

« Cette annonce du gouvernement est une étape très importante pour toute la communauté. Les personnes discriminées sur la base de leur identité de genre avaient déjà une protection dans la Charte québécoise, mais maintenant cette protection est étendue à l’ensemble de la société canadienne. C’est un grand pas en avant », commente Marie-Pier Boisvert, directrice générale du Conseil québécois LGBT.

Rappelons que depuis 2010, le Nouveau Parti Démocratique (NPD) a tenté trois fois de faire cette modification à Loi canadienne. « Pendant longtemps la porte n’était pas seulement fermée, elle était barrée à double-tour. Ça fait depuis 2000 qu’il y a des pressions sérieuses pour que la loi change! Maintenant, ça envoie un message fort à tout le monde comme quoi la discrimination envers les personne trans, c’est inacceptable » ajoute Julie-Maude Beauchesne, militante trans de longue date et membre du Conseil québécois LGBT. « Il faut souligner le travail extraordinaire de Bill Siksay et de Randall Garrisson, au NPD. » tient-elle à préciser.

Le Conseil québécois LGBT rappelle que la transphobie est extrêmement présente partout au pays, et que les autorités peinent encore trop à la reconnaître. « L’incendie à la clinique de réassignation sexuelle dans Ahuntsic-Cartierville, qu’est-ce que ça peut être d’autre qu’un crime haineux? Il y a des dizaines de cliniques de chirurgie au Québec; c’est la seule qui desserre des personnes trans. Le lien n’est pas dur à faire, mais c’est complètement invisibilisé. » renchérit Marie-Pier Boisvert.

Il y aura d’ailleurs une marche ce soir devant la clinique en question, pour dénoncer cet acte de violence transphobe. Le CQ-LGBT souhaite que les communautés LGBT et leurs allié.e.s s’y rallient : « J’aimerais bien y voir autant de monde qu’au kiss-in de lundi dernier… Pour les personnes trans, il y a donc encore énormément de travail à faire au niveau de la loi. On a tendance à l’oublier, et aujourd’hui, 17 mai 2016, ce n’est plus une option d’oublier. Il faut s’éduquer, décrier et ensuite faire les changements de fond nécessaires pour assurer la sécurité de nos citoyennes et citoyens. » conclut Mme Boisvert.

Vigile de soutien pour le Centre métropolitain de chirurgie (CMC)
Parc Ahunstic (Avenue Basil-Routhier)
Ce soir, dès 18h.

-30-

SOURCE: Conseil québécois LGBT

Renseignements:
Marie-Pier Boisvert, directrice générale
Bureau : (514) 759-6844 |Cell : (819) 578-0935 | dg@conseil-lgbt.ca

Julie-Maude Beauchesne
Cell : (514) 846-1398 | rouquine@gmail.com

À propos du Conseil québécois LGBT
Le Conseil est un lieu de militantisme, d’analyse, de réflexion, de dialogue, de débat, de sensibilisation et de formation. Il agit à titre de porte-parole et d’interlocuteur privilégié auprès des instances décisionnelles, tant politiques que sociales, relativement à la qualité et aux conditions de vie des personnes LGBT et de leur communauté. Il fait la promotion des contributions individuelles et collectives des personnes LGBT et de leur communauté à la société.