Le Conseil québécois LGBT félicite le ministre St-Arnaud pour le soutien financier accordé aux groupes LGBT.

Montréal, le 2 avril 2013 – Le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) souhaite féliciter le ministre de la Justice, monsieur Bertrand St-Arnaud, pour l’annonce faite aujourd’hui en matière de soutien financier complémentaire aux organismes communautaires desservant les populations lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles et transgenres (LGBT).

« Cette aide arrive à point, car de nombreux groupes LGBT sont actuellement essoufflés en terme de ressources humaines et financières » souligne Steve Foster, président-directeur général du Conseil québécois LGBT. « Je me réjouis que le ministre ait été sensible à la réalité des groupes régionaux, des organismes jeunesses, trans, ethnoculturelles et de certains groupes en défense des droits qui, trop souvent, arrivent à faire des miracles avec trop peu ».

Le Conseil rappelle cependant que, même avec cet investissement de 430 000 $ en argent neuf, il reste énormément de rattrapage à faire envers les groupes LGBT. Notons qu’en 2011, la moyenne provinciale du financement pour l’ensemble des organismes communautaires au Québec était de 119 524 $*, loin devant la moyenne des organisations LGBT qui doivent souvent combiner plusieurs missions et traiter plusieurs problématiques à la fois, tel l’homophobie et la transphobie, la violence et le suicide.

Depuis 2008, le Conseil sonne l’alarme sur la situation financière des groupes desservant les communautés LGBT. Encore aujourd’hui, près de la moitié des organismes disposent de moins de 5 000 $ par année et la très grande majorité ne reçoit aucun financement récurant à la mission. « De nombreux organismes vivent de l’argent investi par les bénévoles, plusieurs n’ont pas d’employé(e) et leur bureau se trouve dans le domicile d’un des membres de leur conseil d’administration » rappelle M. Foster.

Le Conseil espère que le gouvernement prévoira de nouvelles sommes dès le prochain budget afin de rehausser le financement des organismes communautaires dont la précarité de certains ne permet pas de desservir adéquatement les membres des communautés LGBT ou d’offrir des services dans toutes les régions.

« Jusqu’à maintenant, le ministre de la Justice a témoigné d’une réelle préoccupation et d’une bonne compréhension des enjeux et des besoins de nos communautés. D’ailleurs, les actions qu’il a posées à ce jour laissent présager de bonnes avancées pour les personnes LGBT au cours des prochains mois » conclu Steve Foster.

 

*Site WEB du SACAIS, http://www.mess.gouv.qc.ca/statistiques/action-communautaire/ (14 février 2011).

– 30 –

À propos du Conseil québécois LGBT

Le Conseil est un lieu de militantisme, d’analyse, de réflexion, de dialogue, de débat, de sensibilisation et de formation. Le Conseil agit à titre de porte-parole et d’interlocuteur privilégié auprès des instances décisionnelles, tant politiques que sociales, relativement à la qualité et aux conditions de vie des personnes LGBT et de leur communauté. Il fait la promotion des contributions individuelles et collectives des personnes LGBT et de leur communauté à la société.