Montréal le vendredi 22 février 2013

 

Lettre ouverte à Stephen Harper

 

Monsieur le Premier ministre,

 

Le 19 février dernier, vous annonciez la création du « Bureau de la liberté de religion » qui, selon vos dires, « sera un outil important grâce auquel le Canada pourra assurer la promotion de valeurs canadiennes fondamentales comme la liberté, la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit partout dans le monde ». De plus, toujours selon votre communiqué, ce bureau « assurera la promotion de la liberté de croyance et de religion en tant qu’élément prioritaire de la politique étrangère du Canada ».

Corrigez-moi si je me trompe mais, l’an dernier, votre gouvernement a choisi d’abolir Droits et Démocratie, un organisme de réputation internationale dont le mandat était justement de promouvoir les valeurs canadiennes. Comme solution de remplacement, vous avez créé un « Bureau » qui, toujours selon vos dires, a exactement le même objectif que l’organisme original. J’ai bien peur que cette bureaucratie inutile n’avait pour objectif que de vous permettre de réintroduire la notion de religion dans votre gouvernance.

Expliquer moi, monsieur Harper, depuis quand et comment la religion est garante de démocratie et de respect des droits de la personne ?

Quelle position prenez-vous lorsque certains pays, sous prétexte de croyances religieuses, choisissent d’implanter des lois criminalisant l’homosexualité accompagnées de peines de prison, voire de peine de mort ? Est-il nécessaire de vous rappeler que nombre d’organisations chrétiennes de coopération internationales soutiennent ces gouvernements alors que leurs politiques sont décriées par l’ensemble des nations et des organismes de défense des droits humains.

Je ne sais pourquoi, mais en entendant cela, j’ai repensé à une déclaration de votre ministre des Anciens Combattant, Steven Blaney, qui, dans le cadre de la dernière campagne électorale, s’est adressé aux aînés en clamant « Et rappelez-vous, le ciel est bleu, l’enfer est rouge ! ». Tout cela me fait peur.

Quelles religions souhaitez-vous vraiment protéger ? Celles qui avilissent les femmes, permettent qu’on les lapide, tuent les personnes homosexuelles, ferment les yeux devant l’abus d’enfants et n’osent pas parler de contraception ? D’ailleurs, dans ce dernier cas, la position de l’Église catholique la rend complice de la transmission du VIH-sida qui handicape et tue des milliers d’enfants, d’hommes et de femmes partout dans le monde chaque année.

Monsieur Harper, votre jupon dépasse. En sabordant l’organisme Droits et Démocratie pour le remplacer par votre Bureau de la liberté de religion, votre objectif premier n’est-il pas de promouvoir un « fondamentaliste chrétien » aux dépends d’une démocratie laïque ? Quand on regarde le financement que reçoivent les organisations religieuses, tel CrossRoad dont la mission première est l’évangélisation, on note une augmentation de 40 % depuis l’arrivée en poste de votre gouvernement, contre 5 % pour les groupes laïcs. Avez-vous oublié la vocation première des programmes de coopérations internationales ? Savez-vous que les Canadiens ne vous ont pas donné le mandat de devenir un agent de propagande religieuse ? Il y a longtemps que nous avons séparé la religion et l’état et que, en tant que nation, nous ne souhaitons pas revenir en arrière.

Malheureusement, à la lumière des décisions récentes imposées par votre gouvernement, c’est avec horreur que je constate que le mariage entre l’état et la religion est à nouveau consommé…

Pour la première fois de ma vie, j’ai peur d’un gouvernement. J’ai peur de votre gouvernement monsieur Harper. Vous me donnez la chair de poule.

 

Steve Foster

Président directeur général

president@conseil-lgbt.ca