MONTRÉAL – Le jeudi 23 décembre 2010 – Le Conseil québécois des gais et lesbiennes (CQGL) réprouve la décision du Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) qui, contrairement au Conseil de presse du Québec (CPQ) en juillet dernier, a rejeté la plainte portée envers les animateurs Claude Mailhot et Alain Goldberg, lesquels avaient tenu des propos jugés homophobes à l’endroit du patineur Johnny Weir dans le cadre de l’émission « Le réveil olympique » du 17 février 2010.

« Cette décision est tout autant surprenante que déplorable, estime le président-directeur général du CQGL, M. Steve Foster. Le CCNR n’a retenu que l’aspect vestimentaire de cette histoire, alors que notre plainte pour propos homophobes portait sur les attaques des deux animateurs envers la personne de Johnny Weir en raison de sa non-conformité aux stéréotypes de masculinité et de féminité. Cette décision est tout à fait inadéquate et ne tient absolument pas compte de notre argumentaire qui est évacué du jugement. »

Rappelons que les deux animateurs avaient tenu à l’époque des propos méprisants à l’égard du patineur Johnny Weir où ils s’indignaient, non seulement de voir l’athlète porter du maquillage et ridiculisaient sa tenue vestimentaire, mais suggéraient également qu’il devrait passer des tests de féminité et se voir exclu des compétitions masculines, tout en ajoutant qu’il était un très mauvais exemple pour ses jeunes collègues patineurs. Le lendemain, l’animateur Claude Mailhot s’excusait succinctement, sans remise en contexte, simplement pour les propos tenus « au sujet des vêtements ».

Si ces excuses sont depuis jugées insuffisantes par le CQGL, puisqu’elles ne répondaient pas aux doléances que nous avions exprimées, elles le sont tout au contraire pour le CCNR qui « considère davantage les efforts des présentateurs de sport d’aborder le sentiment d’offense ressenti par certains téléspectateurs que ce qui a été dit. » Si le CCNR reconnait que « la voie choisie pour passer des commentaires sur le costume inhabituel porté par le patineur artistique Johnny présente pour ainsi dire aucun avantage, il ne constate pas le niveau requis de négativité dans les commentaires et encore moins dans tout l’entretien. »

Pourtant, en juillet dernier, le Conseil de presse du Québec (CPQ) avait porté un jugement à l’opposé de celui du CCNR où il se disait « conscient que MM. Mailhot et Goldberg ont formulé avec diligence des excuses en ondes à la suite de ce dérapage. Il ne peut toutefois passer outre la gravité de la faute qu’ils ont commise et a retenu en conséquence le grief. (…) Le Conseil (CPQ) leur adresse un blâme sévère pour avoir fait preuve de mépris, porté atteinte à la dignité du patineur artistique, M. Johnny Weir, ainsi que pour avoir tenu des propos discriminatoires à son endroit. »

Le CQGL portera donc en appel cette décision devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), seule instance habilitée à revoir les décisions du CCNR.

– 30 –